Belgique: Perspectives économiques 2012-2017

Un scénario de reprise économique modérée pour la Belgique sur fond de crise au niveau européen

Source: Bureau fédéral du Plan (mai 2012)

  • Après une année 2012 marquée par un léger recul de son PIB, l’économie de la zone euro devrait retrouver graduellement le chemin de la croissance. Cette croissance serait toutefois modeste et contrastée selon les pays car marquée par le processus conjoint de désendettement du secteur financier et de l’Etat. Le principal risque pesant sur ces prévisions est clairement lié à la crise de la dette souveraine dans la zone euro et à l’évolution de son secteur financier.
  • Malgré ce contexte peu favorable, l’économie belge échapperait à la récession en 2012 (+0,1 %)1, puis verrait son PIB progresser de 1,4 % en 2013. A partir de 2014, la croissance économique belge redeviendrait plus élevée, tout en ne dépassant plus de façon significative les 2 %. Rappelons que la projection est effectuée à politique inchangée et n’incorpore donc pas l’impact possible des mesures encore à prendre afin de réaliser les objectifs budgétaires fixés à l’horizon 2015.
  • Cette croissance faible en 2012-2013 aurait pour corollaire un nombre très limité de créations d’emploi (+22 000 sur les deux ans). Sur la période 2014-2017, l’emploi augmenterait toutefois de 188 000 unités. Le taux d’emploi, tel que défini dans la stratégie EU2020 atteindrait ainsi 68,5 % en 2017, ce qui représente en 2017 un écart de 315 000 personnes par rapport à l’objectif de 73,2 %, défini à l’horizon 2020.
  • L’augmentation en parallèle de la population active implique une hausse du nombre de chômeurs sur la période 2012-2017 (+31 000). Cette détérioration s’opère néanmoins entièrement sur les années 2012-2014; à partir de 2015, le nombre de chômeurs serait en recul. Ainsi, le taux de chômage Eurostat harmonisé retrouverait en 2017 (7,3 %) quasiment le niveau de 2011.
  • L’inflation devrait atteindre 2,9 % en 2012, mais redescendre, en l’absence de nouveaux chocs sur le prix des produits énergétiques, sous la barre des 2 % dès 2013.
  • Le coût salarial horaire nominal dans le secteur marchand devrait croître de 3,6 % en 2012. A partir de 2013, l’augmentation du coût salarial horaire devrait être limitée à 2,7 % en moyenne par an.
  • Le déficit public s’établirait à 2,6 % du PIB en 2012 compte tenu du rendement escompté des mesures d’assainissement décidées. En 2012, les engagements de la Belgique à l’égard des autorités européennes en matière de réduction du déficit public seraient donc respectés.
  • Sans nouvelles mesures, le déficit public passerait à 2,8 % du PIB en 2013 et à 2,5 % du PIB à l’horizon 2017. Or, la Belgique s’est engagée à limiter son déficit public à 2,15 % du PIB en 2013 et à rétablir l’équilibre budgétaire en 2015. De nouvelles mesures seraient donc nécessaires pour 11 milliards d’euros, dont près de 3 milliards d’euros dès 2013.
  • L’assainissement est un défi pour tous les niveaux de pouvoir. Les réformes décidées en matière de pension, prépension et chômage représentent des économies non négligeables dans la sécurité sociale, mais n’empêcheront pas les dépenses de celle-ci d’augmenter structurellement plus vite que le PIB, qui constitue l’assiette des prélèvements obligatoires.

> Accès aux documents

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s